Lactalis-Celia : «Nous essayons d’y voir plus clair» sur la contamination à la salmonellose

11h43 - 11 décembre 2017 - par C.T
Lactalis-Celia : «Nous essayons d’y voir plus clair» sur la contamination à la salmonellose

Les produits de laits infantiles et complémentaires de Lactalis fabriqués à l’usine Celia de Craon font l’objet d’un rappel massif.

De douze références rappelées le samedi 2 décembre (des lots de laits premier âge de marques Picot, Pepti junior et Milumel fabriqués entre mi juillet et mi novembre), on est passé à 620 références ce week-end après la suspicion de salmonellose dans des poudres de laits infantiles. Plusieurs enfants sont tombés malades, dont plusieurs ont consommé les laits infantiles craonnais. Aussi, «une analyse supplémentaire dans un produit complémentaire s'est révélée positive à la salmonellose», indique Michel Nalet, chargé de communication de Lactalis.

Un outil d’entretien et le carrelage contaminés

Des salmonelles ont été détectées dans «l’environnement de l’usine», confirme t-il. En effet, des analyses se sont révélées positives sur un outil de nettoyage en juillet et sur du carrelage en novembre. «Des salmonelles, il y en a partout dans l’environnement. Ce que nous cherchons à savoir c’est comment elles ont pu rentrer. Nous avons besoin et essayons d’y voir plus clair.» C’est pour cela qu’actuellement a été mis en place «un gros programme de nettoyage et d’analyses ».

Les deux tours de séchage à l’arrêt

Les deux tours de séchage sont à l’arrêt. «Avant même la décision de la préfecture, nous avions mis les deux tours à l’arrêt alors que seule l’une d’entre elles était concernée par le problème», souligne Michel Nalet. Et de poursuivre : «Le site est en arrêt technique et tous nos collaborateurs travaillent pour trouver d’où vient le souci. Ils œuvrent aussi aux rappels des produits.»


Car il y a du travail également de ce côté là. Si l’on est passé de 12 références rappelées à 620, Michel Nalet explique que ce sont les services de l’Etat qui l’ont demandé «par principe de précaution.»
Si près de 200 000 boîtes étaient concernées lors du premier retrait (40 000 étaient encore dans les stocks), pour ce deuxième rappels de produits « c’est beaucoup plus », indique-t-il sans dévoiler de chiffres qui sont probablement énormes.

Déjà en 2005, la salmonellose

Pour rappel, en 2005, un souci de même nature avait eu lieu dans l’usine craonnaise. A cette époque, signalons que Lactalis n’avait pas encore racheté le site (ce ne fut qu’en 2006). 123 bébés avaient été contaminés par des laits de marques Picot notamment, porteurs de salmonelles.

0 commentaires

Envoyer un commentaire