Fromentières : Le Gars Daudet reste dans le giron familial

06h00 - 04 décembre 2017 - par M.A
Fromentières : Le Gars Daudet reste dans le giron familial
Depuis 1984, Bernadette Daudet est associée à son neveu Alain Livenais (à gauche). La fondatrice a quant à elle passé la main à son petit-fils. - © Audrey Mauny

A bientôt 79 ans, l’heure de la retraite bien méritée a sonné pour Bernadette Daudet. Celle qui a fondé l’abattoir de volailles avec son époux Emile en 1961, vient de céder la co-direction à son petit-fils, Baptiste.

C’est une page de l’histoire locale qui se tourne. Bernadette Daudet vient en effet de faire valoir ses droits à la retraite. Celle qui a créé l’abattoir de volailles, Le Gars Daudet, avec son mari émile, confiait, vendredi 24 novembre devant  sa famille, les salariés, les éleveurs et partenaires de l’entreprise, à son petit-fils : « Rien n’est jamais gagné. Savoir écouter, analyser et prendre des décisions n’est pas toujours chose facile mais je suis persuadée que tu y arriveras. »

Dix salariés

Et pourtant, même s’il a passé une grande partie de ses vacances à aider sa grand-mère depuis qu’il est jeune, rien ne prédestinait Baptiste Daudet à prendre la relève. « J’étais responsable d’agence dans le négoce de matériaux de construction. Et puis, j’ai voulu donner un peu plus de sens à ma vie. Reprendre l’affaire familiale, valoriser un savoir-faire local était une belle opportunité », confie fièrement le trentenaire qui, après avoir quitté son ancien poste, s’est lancé dans un CAP charcutier-traiteur. « C’est ma façon à moi d’apporter des connaissances supplémentaires à l’entreprise. »

 

Plus d'informations sur l'entreprise, ses projets mais aussi son histoire dans notre édition 1er décembre.

0 commentaires

Envoyer un commentaire