Segré : la Spie quitte le centre-ville et s’installe dans la zone industrielle

12h00 - 17 novembre 2017 - par C.S
Segré : la Spie quitte le centre-ville et s’installe dans la zone industrielle
Eric Chauvet, le directeur, vit ce déménagement comme un soulagement.

Les équipes de la Spie déménagent. Pas de panique, le spécialiste en ingénierie électrique reste à Segré. Le site migre du centre-ville vers la zone industrielle d’étriché. Le déménagement s’effectuera à la fin de l’année.

C’est une petite révolution que va connaître le centre-ville de Segré. A partir du 11 décembre et pendant trois semaines, la société Spie, installée rue du Docteur Paul Chevallier, va déménager ses bureaux et ses stocks vers la rue Louis Lépine, dans la zone industrielle d’étriché. Les locaux du centre-ville, loués à la municipalité, étaient occupés par l’entreprise Juret depuis 1919, date de sa création.

C’est en 2008 que Spie rachète Juret avant que l’enseigne locale ne disparaisse totalement au 1er janvier 2016.
Pour les 80 salariés de la Spie, ce déménagement est vécu comme un soulagement. «Ici, ce sont entre 40 et 50 véhicules, de 3,5 tonnes aux 40 tonnes, qui transitent chaque jour. Les risques d’accident pour les professionnels comme les riverains étaient importants», raconte éric Chauvet, le directeur du site, qui n’a pourtant déploré aucun incident.

Vers un site cinq fois moins grand

Surtout, la société Spie occupait un bâtiment beaucoup trop grand pour elle. «Dans ce bâtiment, nous occupons seulement l’étage. Tout le rez-de-chaussée est vacant. Cela représente une vingtaine de bureaux. C’est le cas aussi de notre zone de stockage. Au total, le site se trouvait sur 2,5 hectares de terrain», poursuit le directeur.  
Un gouffre comparé au 5 000 m2, (soit 0,5 hectares) que va désormais investir, toujours en tant que locataire, la Spie, d’ici la fin de l’année. L’entreprise s’installe dans les anciens locaux de France Bonhomme, juste à côté de la Poste. «Nous avons réaménagé et adapté le bâtiment selon nos exigences.» Des travaux ont été entrepris depuis mai dernier et sont sur le point de s’achever.

0 commentaires

Envoyer un commentaire