Une seconde jeunesse pour le bois de la Ferrière

12h00 - 17 octobre 2017 - par C.S
Une seconde jeunesse pour le bois de la Ferrière
Chasseurs, représentants de l'armée, de l'ONF et élus ont entériné un nouveau partenariat pour mettre en valeur le bois de la Ferrière.

Propriété de l’Armée depuis 1973, le bois de la Ferrière qui s’étend sur les communes de la Ferrière-de-Flée et de l’Hôtellerie-de-Flée va être repris en main. D’importantes opérations sont prévues afin de mettre en valeur ces 130 hectares. Malheureusement, le site ne sera toujours pas ouvert au public.

L’Armée et l’office national des forêts (ONF) ont signé, en septembre dernier, une convention qui délègue à l’ONF la gestion du bois de la Ferrière. Concrètement, cela va permettre de valoriser cette forêt de 130 hectares, un peu laissée à l’abandon depuis la tempête de 1999.

«Cette forêt appartient toujours à l’Armée. Elle a longtemps servi de terrain militaire pour les réservistes. Mais depuis la fin du service militaire obligatoire, elle n’était que très peu utilisée», rappelle Christian Méchineau, responsable départemental de la gestion domaniale au sein de l’Armée. 

Améliorer l’état sanitaire de la forêt

Désormais, le domaine sera occupé par les agents de l’ONF la semaine. «Nous avons élaboré un plan de gestion afin de programmer les différents travaux à réaliser», explique ainsi Yohann Jaumouillé, technicien à l’office. Il s’agit de déterminer les différentes coupes ou plantations à effectuer. «Notre objectif sera de pérenniser, d’éclaircir la forêt, de diversifier les essences. En clair d’améliorer l’état sanitaire du site».  

Un sentier entre l’Hôtellerie et la Ferrière

Malheureusement, il n’est toujours pas question de rendre le bois accessible au grand public sauf de manière très ponctuelle, sur des portions bien précises. En revanche, la reprise en main par l’ONF du bois va permettre à la commune de l’Hôtellerie de lancer son projet de sentier qui rejoindrait le bourg de la Ferrière et donc la voie verte. «Grâce à l’expertise de l’ONF et à l’accord de l’Armée, nous allons créer un sentier qui longe le bois depuis la Souchetière jusqu’à la Tricardais», explique Claude Grobois, le maire.

Le chemin empiétera sur quelques mètres de forêt. Il sera matérialisé par les experts de l’ONF. Si le projet se concrétise, le sentier pédestre pourrait voir le jour au printemps 2019. Il serait alors financé à 80 % par des fonds européens.

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL