Quel avenir pour l’hôtel-restaurant Le Fresne dépouillé et abandonné ?

06h30 - 27 septembre 2017 - par C.T
Quel avenir pour l’hôtel-restaurant Le Fresne dépouillé et abandonné ?

Les Renazéens voient au fil des mois dépérir l’hôtel-restaurant Le Fresne qui jouissait jadis d’une très bonne réputation. Les lieux paraissent à l’abandon : des portes sont ouvertes, de nombreux cambriolages ont eu lieu, le terrain n’est plus entretenu...

Pendant 22 ans, l’hôtel-restaurant Le Fresne, a été tenu par Blandine et Patrice Galon. Ces derniers ont vendu en 2014 à Fabrice et Axia Ouaknine, un couple provenant de Paris avec leurs trois enfants.
Mais voilà, tout ne s’est pas passé comme prévu « malgré un bon départ. Nous faisions comme nos prédécesseurs un chiffre d’affaires de 20 000 €. Mais la deuxième année, ça a commencé a chuté car les charges nous ont plombés », explique Fabrice Ouaknine.
Quand il a racheté, sept personnes y travaillaient. « Nous les avons toutes licenciées au bout de six mois. C’était prévu car nous voulions travailler en famille ».

Le site devient une verrue

Depuis le début de l’année, l’hôtel-restaurant est fermé. Du moins l’était, car de nombreux cambriolages ont eu lieu et aujourd’hui les bâtiments sont ouverts.
Le problème c’est que cet hôtel-restaurant livré à lui-même se trouve au niveau du parc du Fresne, un lieu très fréquenté à Renazé, avec la présence du centre social Douanier Rousseau à côté qui accueille enfants et familles pour différentes activités. L’hôtel-restaurant non entretenu fait figure de verrue.

Le bâtiment dépérit rapidement

Fabrice Ouaknine dit avoir acheté les lieux 420 000 €. Le site dépérit mais possède des atouts  : 1600 m2 de terrain, un hôtel de 17 chambres, quatre salles de restaurants pouvant accueillir 400 convives.
L’ancien propriétaire dit avoir eu « trois touches pour vendre, mais à chaque fois le crédit des personnes ne passait pas. »
Aujourd’hui ce n’est plus de son ressort, mais celui du mandataire judiciaire chargé de la vente afin d’éponger les dettes. Fabrice Ouaknine est lui retourné à Paris, travailler « pour quelqu’un d’autre. être patron c’est fini ».

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL