Un livre pour raconter son handicap

11h35 - 10 août 2017 - par C.T
Un livre pour raconter son handicap
Le livre de Sabrina a été édité à 130 exemplaires. - © Vincent Le Parc

C’est l’histoire quotidienne d’une femme que la vie n’a pas aidée. Sabrina Bucher-Debit est handicapée depuis la naissance. Elle se livre dans un récit poignant.

C’est l’histoire quotidienne d’une femme que la vie n’a pas aidée. Sabrina Bucher-Debit est née le 21 avril 1988 avec de multiples malformations. « J’ai une cyphose-scoliose, ce qui signifie que mon dos est malformé. Ma colonne vertébrale est à 90 degrés. »
Ce résultat est le « fruit d’une erreur médicale », selon la jeune femme. « Quand ma mère était enceinte de quinze jours, elle a passé un tas d’examens car elle se sentait faible : scanners, radios... Les radiations lui ont brûlé le cervelet et ont stoppé ma croissance. »
L’hôpital Delafontaine à Saint-Denis, en région parisienne  où elle est née, ne confirmera jamais cette version. « J’y suis retournée il y a quelques années, mais tous les spécialistes de l’époque étaient partis à la retraite depuis longtemps. C’est un regret. J’aurais aimé être confrontée à eux. »
S’en suit alors le début d’un long combat ainsi que de multiples hospitalisations. « Au total, j’ai subi plus de 30 interventions. » Souvent, les séjours sont longs, voir interminables.
À l’époque, ses parents retournent habiter à Château-Gontier, lorsqu’elle est âgée de trois mois. Elle y restera jusqu’à ses 19 ans.
Contre toute attente, elle suit une scolarité des plus normales. « J’ai fini par obtenir un BEP secrétariat. Globalement, je garde un bon souvenir de ces années », explique-t-elle en souriant. Une fois son diplôme en poche, la Maison départementale des personnes handicapées de La Mayenne l’emploiera trois ans avec un contrat d’avenir.

Le poids du regard des autres

Dans son livre qu’elle qualifie de « récit de vie », Sabrina évoque aussi le regard des gens, difficile à supporter. « Du fait de ma petite taille (elle mesure 1 m 30) et de ma démarche, j’attire les regards. J’essaye au maximum d’éviter la foule quand je suis toute seule. »
Pour autant, son quotidien n’est pas la galère que l’on pourrait penser. « Je suis dispensée de sport à vie ! Mais sinon, je suis autonome la plupart du temps. J’ai obtenu mon permis de conduire, ce qui me permet d’être mobile. Et quand je suis trop petite, je demande de l’aide à mon mari. »
Aujourd’hui, la jeune femme dit n’éprouver « ni haine, ni rancune ». « Ma mère m’a toujours dit que lorsqu’on a une faiblesse, il y a toujours une force qui vient compenser. »  Une formidable leçon de vie.

Pratique - Pour se procurer le livre, contacter Sabrina au 06 72 69 14 09.

0 commentaires

Envoyer un commentaire