Coupe de France : ne pas s’empêcher de rêver

12h04 - 27 mai 2017 - par D.A
Coupe de France : ne pas s’empêcher de rêver
Les joueurs du SCO peuvent rêver d’une victoire en coupe de France. Photo Yan Luat.

Samedi 27 mai, Angers Sco jouera la finale de la coupe de France devant 80?000 personnes, au stade de France, face au PSG. Une 100e édition, que les Angevins vont jouer à fond pour ne rien avoir à regretter.

Il est vrai que sur le papier on ne donne pas beaucoup de chance aux Angevins. D’abord en terme de noms. Le Sco n’a pas dans ses rangs, les Silva, Verratti, Cavani, Motta et autres. Ensuite parce que la logique voudrait que le club au budget 20 fois plus important (500 millions au PSG contre 25 millions pour Angers), qui plus est, n’a plus perdu en coupe de France depuis le 22 janvier 2014, remporte sa troisième finale d’affilée.

Mais les Angevins, eux, ne veulent pas s’y résoudre. D’abord parce qu’ils réalisent une deuxième partie saison en Ligue 1 de bonne facture. Ensuite parce que pour en arriver là, les hommes de Stéphane Moulin, ont éliminé trois clubs de Ligue 1. Ils ne doivent rien à personne. De plus cette saison, les Noir et Blanc ont montré de belles choses face à leurs futurs adversaires.

Certes les matches se sont terminés par deux défaites sur le score de 2-0, mais les Angevins ont énormément gêné les Parisiens, mais surtout ils se sont procurés à chaque fois de nombreuses occasions. Sur un match de coupe, les hommes du président Chabane peuvent donc rêver. Et si jamais ils arrivaient à contenir les attaquants parisiens, un but en contre suffirait à leur bonheur.

Plus de 18 500 supporters angevins au stade de France

En plus d’avoir retrouvé la confiance après deux victoires en championnat, avec un très beau succès à Nice qui était invaincu sur son terrain depuis 23 rencontres, les Angevins seront poussés par près de 19 000 supporters au stade de France. Il faut dire que depuis la victoire en demi-finale face à Guingamp le 25 avril dernier, tous les supporters se prennent à rêver d’une victoire, 60 ans après la finale perdue face à Toulouse. Alors pourquoi les joueurs devraient s’empêcher de rêver ?

Mots clés : SCO, Angers, coupe de France,

0 commentaires

Envoyer un commentaire