Le site de fabrication d’aliments liquides pour ruminants racheté

12h02 - 22 mai 2017 - par C.T
Le site de fabrication d’aliments liquides pour ruminants racheté

L’usine de fabrication d’aliments liquides pour ruminants de Saint-Aignan-sur-Roë passe du pavillon Provimi (groupe Cargill) à Dielna (groupe Avril). Cette dernière souhaite ramener le site de production saint-aignannais à des niveaux de fabrication plus forts pour développer un marché trop méconnu.

La société Dielna, basée à Bourg-Beaudouin, près de Rouen, a été créée en 1989 par un docteur vétérinaire. Très vite la société s’est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation d’aliments liquides pour ruminants. Dielna est d’ailleurs aujourd’hui le leader du marché avec 35 000 tonnes produites, principalement à Rouen, « les autres sites en France étant des sites de façonnage » explique Olivier Dioux, directeur général de Dielna.

L’entreprise de Saint-Aignan-sur-Roë était chez la concurrence, chez Provimi qui arrivait derrière Dielna sur le marché avec 16 000 tonnes d’aliments liquides fabriquées. La plupart de cette fabrication provenait de l’usine de Saint-Aignan-sur-Roë. « Mais on a senti que Provimi ne s’impliquait plus autant dans l’alimentation liquide pour se consacrer à d’autres : les premix,… » D’ailleurs ces activités sur lesquelles se penchait davantage Provimi ont été sorties du site de Saint-Aignan-sur-Roë pour être rapatriées vers d’autres. Ne reste donc plus qu’à Saint-Aignan aujourd’hui les aliments liquides.

Les cinq salariés repris et un outil « sous-utilisé »


Dans l’entreprise de Saint-Aignan-sur-Roë, il ne restait plus que cinq salariés : trois chauffeurs, un responsable de la fabrication et à un administrateur des ventes. Ils sont tous repris par Dielna.
Dielna compte-elle investir et embaucher ? « Le site a eu une activité bien au-delà de ce qu’elle fait actuellement. Pour l’heure l’outil est sous utilisé. Le but est déjà de le ramener à des niveaux supérieurs et de développer le marché des aliments liquides dans l’ouest. »


Le marché est encore frileux. « Les aliments liquides pour ruminants souffrent de méconnaissance. L’autre frein est le peu d’offres qui arrive jusqu’aux éleveurs. L’un va avec l’autre. C’est dommage car quand on essaie cette alimentation on est convaincu. à nous de travailler sur ces deux volets. »
Le marché global est de 100 000 tonnes « mais il pourrait être bien davantage s’il était développé ».


Dielna s’ouvre les portes de la Bretagne et des PDLL


Dielna voit dans l’acquisition de l’entreprise saint-aignannaise « une belle opportunité de renforcer l’accès à l’aliment liquide pour les éleveurs et une augmentation des plans d’essais zootechniques démontrant l’intérêt des ces produits dans le rationnement des vaches laitières et bovins d’engraissement ».
Et de poursuivre : « L’aliment liquide joue un rôle essentiel dans l’amélioration de la digestabilité des fourrages, la réduction du tri à l’auge, la couverture des besoins en sucre des animaux, débouchant sur l’amélioration des performances techniques et économiques. »


L’achat permet à Dielna aussi (et surtout) de se rapprocher des Pays-de-la-Loire et de la Bretagne dans un secteur de marché où « la livraison est le premier facteur d’appréciation de nos clients ». En effet, il faut livrer vite. « Nous avons un réseau de clients que sont les coopératives, négociants, laiteries etc, mais nous livrons directement en élevage pour une meilleure efficacité. » Dielna a pour cela créé sa propre société de transport avec une flotte de 20 camions. La société s’appelle Agrotrans ; les trois chauffeurs de Saint-Aignan-sur-Roë en feront désormais partie.

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL