Chapiteau cherche repreneur

00h09 - 16 mai 2017 - par M.A
Chapiteau cherche repreneur
“Reverdy circus”, c’est son nom.

Le monde du cirque, Guy et Janyle Demaysoncel le quittent progressivement. Preuve en est, le couple vend son chapiteau. Un édifice qu’ils ont pensé et fait fabriquer il y dix-neuf ans cette année.

«Ah, l’annonce n’a pas été renouvelée.» Guy et Janyle Demaysoncel sont vendeurs. Depuis deux ans, le couple tente en vain de trouver un repreneur à leur chapiteau qu’ils possèdent depuis 1998. Sur deux sites Internet, un de vente de particulier à particulier : “le bon coin”, et un autre spécialisé dans leur milieu : aucirque.com ; Janyle se charge de publier l’information et répond aux intéressés. Seulement, ces derniers se font rares cette année, à tel point qu’elle en a oublié de renouveler l’annonce sur “le bon coin”. Celle-ci se perd par la suite dans les nombreuses pages qui composent le site. «Il est très difficile de vendre en temps d’élection, avancent Guy et Janyle, les gens attendent de voir ce qu’il va se passer.» Ce chapiteau, c’est leur bébé. 254 m2 de superficie et une capacité d’accueil de 400 à 500 personnes, ils l’ont par ailleurs eux-mêmes conçu. À l’époque, Guy crée un spectacle qu’il intitule “Prends ton rêve en patience”. «Quelque chose qui sort du schéma classique. Des amis professionnels m’ont donc conseillé d’acheter un chapiteau rond», retrace-t-il. Forme géométrique peu répandue en ce temps où les toiles sont inclinées. Ainsi, ils créent les plans et font faire mâts et toile. «Les mâts sont disposés en carré, détaille l’artiste, donc la toile n’est pas inclinée et il y a une visibilité excellente à l’intérieur.» Pour ce faire, le choix de couleur du revêtement est primordial. «Il y a les toiles noires, opaques mais c’est très cher, dit-il, sinon il y en a de couleur. Moi j’ai choisi du bleu qui donne une lumière douce, semi-opaque.» Aujourd’hui,  il décrit son chapiteau comme «moderne. Il a des airs de cabaret.» L’assemblage mis en vente aujourd’hui contient donc la toile, la partie métallique, les supports, la remorque et les lumières....

La suite de l'article dans notre édition du 12 mai !

Mots clés : Château-Gontier,

0 commentaires

Envoyer un commentaire