"La vaccination est non seulement un moyen de protection individuelle, mais aussi collective."

00h09 - 06 mai 2017 - par M.A
L’hépatite B est une des maladies les plus mortelles parmi celles que peut parer un vaccin. D’après les chiffres du centre hospitalier de Laval, elle

Leur but est de nous immuniser contre les maladies. Pourtant, entre oublis et mauvaise presse, les vaccins et leur calendrier ne sont pas vraiment suivis à la lettre par la population hexagonale. Du 23 au 29 a eu lieu la semaine européenne du vaccin. L’occasion de revenir sur quelques chiffres et la situation locale avec le docteur Lise Jacques-Natali qui gère dépistage et consultations au centre hospitalier de Laval.

Dans un communiqué, il est indiqué que des épidémies de rougeole sévissent en France et en Europe. On se vaccine donc peu contre elle, y compris en Mayenne ?
Docteur Jacques-Natali : Les chiffres que nous avons remontent à 2014. La couverture de vaccination qui correspond à deux doses ROR (rougeole-oreillons-rubéole, NDLR) est de 70 % à l’âge de 2 ans, contre 77 % au niveau national. Sachant que la rougeole est très contagieuse … Il faudrait 95% de couverture vaccin pour que la maladie ne se répande pas.
En Mayenne, il n’y a pas de cas déclaré de rougeole. C’est dans le Grand-Est que c’est présent mais aussi en Bretagne.


Comment agissez-vous à votre échelle ?
J’en parle à tous les patients que je vois, forcément. Je recommande les mises à jour. Notamment pour les personnes nées avant les années 80 car il n’y avait pas de vaccination contre la rougeole à ce moment là. Une fois vacciné, on est immunisé et tranquille à vie. Et dans le cas de personnes qui ont perdu le carnet de santé, il n’est pas grave de les refaire.

Êtes-vous pour des vaccins obligatoires ?...

 

La suite dans notre édition du vendredi 5 mai !

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL