Bouchamps-lès-Craon : il leur faut trouver 4000€ pour sauver l'église

09h05 - 05 mai 2017 - par C.T
Bouchamps-lès-Craon : il leur faut trouver 4000€ pour sauver l'église

Les travaux ont débuté dans l’église Saint-Pierre de Bouchamps-lès-Craon. Ils se montent à 86?320?€. Ils sont couverts à 80% par des fonds publics. Le reste le sera peut-être grâce à une souscription. Si elle atteint 4?000?€, 8?000?€ seront débloqués de la Fondation du patrimoine. Tout ce montage pour sauver des peintures murales et des retables remarquables.

« Nous sommes dans une des plus anciennes églises », lance d’emblée Michel Bellanger de l’association “Les amis du patrimoine de Bouchamps-lès-Craon”, vendredi 21 avril, à l’assistance remplie d’élus, sympathisants et donateurs. « Elle daterait du 12e siècle, son arc roman à l’entrée en atteste. »


L’église Saint-Pierre a ensuite connu divers agrandissements. « Le bâti est en cours d’examen » mais déjà des particularités se dégagent de la petite église. « Elle possède de riches décors », « les armoiries d’une riche famille  (de Scépeaux) » et elle « est ornée de trois retables d’intérêt reconnu dès 1986 car inscrits au titre des monuments historiques », énumère Michel Bellanger. Surtout, les peintures sont en partie celles de René Jouhan qui n’est autre qu’un élève de David d’Angers.


Le problème c’est qu’au fil des années, l’église s’est dégradée à cause de l’humidité qui ronge les murs. La raison c’est Sabine De Freitas, responsable du chantier et membre du conservatoire Muro Dell’Arte, qui l’explique. « Les enduits appliqués (des couches de béton en bas des murs comme cela se faisait à une certaine époque) génèrent des remontées capillaires et font déliter l’enduit de supports des décors. » Et Michel Bellanger de lancer : « Si rien n’est fait dans quatre à cinq ans, il n’y aura plus rien. »

Grâce déjà « à un effort financier important de la commune, la détérioration des peintures a été un peu freinée », souligne Michel Bellanger. Mais cela n’est pas suffisant. « Nous étions devant un dilemme : ne rien faire et nous perdions l’atout principal de la commune, ou réaliser des travaux mais avec quelles ressources ? »
C’est cette deuxième option qui a été choisie et qui a nécessité un fort engagement des bénévoles de l’association car il faut trouver 86 320 €.

Leurs efforts ont porté leurs fruits puisque la Région, le Département et la Drac vont subventionner à hauteur de 80%. « Nous sommes à la limite légale des fonds publics autorisés » précise Michel Bellanger. Reste à trouver les 20% restant tout de même. Et ce n’est pas facile.

Contact avait été pris avec la Fondation du patrimoine qui a lancé l’idée d’une souscription. Le principe est simple : si la souscription atteint les 4 000 € de dons, la fondation abondera de son côté à hauteur de 8 000 €. « Mais on est très loin... » confesse Michel Bellanger.

L’association espère donc attirer de nouveaux donateurs. Les bénévoles comptent organiser des ateliers pédagogiques, des visites pour particuliers et scolaires après les journées de travail, et même des conférences avec des professionnels. Michel Bellanger : « On travaille aussi sur la construction d’une base de données de toutes les peintures murales du Craonnais. » également, l’association est en lien avec des étudiants de Laval 3DI qui travaillent sur une application numérique pour proposer une infographie en 3D de l’église.

Enfin, l’association va expérimenter une application de google “Tango” non commercialisée encore. « Elle permet d’être guidée via sa tablette lors de visites. Nous devrions présenter ce système en avant-première lors des journées du patrimoine de septembre. Il est très intéressant pour les sites comme le nôtre qui n’ont pas de guide conférencier. »

0 commentaires

Envoyer un commentaire